L’agriculture européenne en 2020

La valeur totale de la production agricole dans l’Union européenne en 2020 a été estimée à 411,8 milliards d’euros. Le revenu des agriculteurs des plus grands États membres agricoles, dont les Pays-Bas, a diminué. C’est ce qui ressort des données d’Eurostat, l’office statistique de l’Union européenne.

Sur la valeur totale de la production, environ la moitié (52,8 %) provenait des cultures : 14 % des légumes et des cultures horticoles et 11,2 % des céréales. 38,6 % de la valeur de la production provenait de l’élevage, dont 13,1 % du lait et 9,6 % des porcs. Le reste provient des services agricoles et des activités non agricoles qui ne peuvent être séparées de l’agriculture.

On estime que l’agriculture représentera 1,3 % de l’économie totale de l’Union européenne en 2020. Le secteur agricole de l’UE a créé une valeur ajoutée brute estimée à 177 milliards d’euros en 2020. Cela signifie que pour chaque euro dépensé pour le coût des biens et services utilisés dans le processus de production, les exploitations agricoles de l’UE ont créé 75 cents de valeur ajoutée.

Baisse du revenu agricole

Le revenu agricole par unité de travail-année (UTA) pour l’ensemble de l’UE en 2020 a été estimé inférieur de 1,5 % à celui de 2019. Cette légère baisse au niveau de l’UE est due à la diminution des revenus agricoles dans cinq des sept plus grands producteurs agricoles : Italie (-4,9 %), Pays-Bas (-5,1 %), France (-7,6 %), Roumanie (-13,8 %) et Allemagne (-14,6 %).

Contributions à l’agriculture

Dans le classement des pays ayant reçu les plus importantes contributions à l’agriculture (nationales et européennes) en 2019, la France occupe la première place avec 7,9 milliards d’euros, suivie de l’Allemagne (6,9 milliards d’euros) et de l’Espagne (5,6 milliards d’euros). Les subventions à la production pour l’Italie se sont élevées à 5 milliards en 2019.

Les prix à la consommation augmentent également

Si la production augmente dans toute l’UE, les prix à la consommation augmentent également : les prix agricoles en Europe ont augmenté de 1,5 % en 2019. Les hausses les plus importantes ont été enregistrées en Pologne (+8,7%), en Roumanie (+8,4%), en Allemagne (+7,1%) et au Danemark (+4,6%), tandis que les prix ont baissé uniquement en Espagne (-2,6%) et en France (-0,5%).

Vin et fruits en baisse, céréales, huile et légumes en hausse

Dans toute l’Europe, la production a diminué dans les secteurs du vin, des cultures industrielles et des fruits et agrumes, principalement parce que des pays comme l’Espagne, l’Italie et la France ont vu leur production baisser en 2019, tandis que les pays d’Europe du Nord ont enregistré des chiffres positifs. Ainsi, la production de céréales (+10,2%) et de légumes frais (+2,5%) a augmenté, grâce notamment aux Pays-Bas (+3,2%) et au Royaume-Uni (+2,1%). Toutefois, le secteur de l’huile d’olive a connu une forte reprise (+36,1%). La baisse dans le secteur du vin en Espagne est de 24,6%. Les fruits et agrumes ont diminué de 7,4% en Espagne et de 7% en Italie.

Augmentation maximale du cheptel

La production animale de l’UE a augmenté en valeur (+3,6 %) en 2019 par rapport à 2018. Les principales augmentations concernent les porcs (+4,6%), le lait (3,2%), les ovins et les caprins (1,8%).

Rappel des gros producteurs européens en 2014

En 2014, la France était le pays qui contribuait le plus à l’agriculture européenne, avec 18% de la valeur totale. Elle était suivie par l’Allemagne (14%), l’Italie (13%), l’Espagne (10%), la Grande-Bretagne (8%), les Pays-Bas (7%) et la Pologne (5%). Ensemble, ces 7 pays représentaient environ trois quarts de la production agricole de l’UE en 2014. C’est ce que montraient les chiffres d’Eurostat.

La position dominante de la France était liée à la production de céréales. En 2014, l’UE avait produit une quantité record de 331 millions de tonnes de céréales, dont 72,7 millions de tonnes pour la France.

Sur les 88,4 millions de bovins que comptait l’UE, 19 millions (22 %) se trouvaient en France en 2014. L’Allemagne (14%), la Grande-Bretagne (11%) et l’Irlande, l’Espagne et l’Italie (7% chacun) avaient également hébergé de nombreux bovins. L’Allemagne (28,3 millions de porcs, 19% de l’ensemble des porcs de l’UE) et l’Espagne (26,6 millions de porcs, 18%) représentaient ensemble plus d’un tiers de l’ensemble des porcs de l’UE (148,3 millions). Les bovins, les porcins et les ovins représentaient 17% de la production agricole totale de l’UE et 42% de la production animale.