Monde

La France, l’un des pays les plus peuplés au monde

La France fait partie des 10 % des Etats les plus peuplés de la planète. Ne cherchez pas l’astuce, il n’y en a pas. Ses 65 millions d’habitants placent la France au 21ème rang des 238 nations prises en compte dans le classement établi par la CIA en 2011 (toutes les données ci-dessous sont issues du CIA World Factbook). Un constat qui amène deux réflexions. La première concerne le monde entier, la seconde l’Europe uniquement.

A l’échelle du monde, les Etats à population réduite sont légion

Parmi 238 nations, 155 comptent moins de dix millions d’habitants chacune : une population réduite est la règle dans le monde politique en ce XXIème siècle. Le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes s’est peu à peu imposé depuis le début du XIXème siècle. Et à mesure que les peuples ont pris leur indépendance, les territoires politiques se sont morcelés.

Comme pour toute règle, celle-ci compte des exceptions : 12 pays du monde représentent respectivement une population supérieure à 100 millions d’habitants. Or, ces exceptions présentent une particularité : elles sont tellement imposantes qu’elles ne peuvent être ignorées par le reste du monde.

A l’échelle européenne, que signifie la présence d’une France à population importante ?

Pour faire face à la compétition venue de ces pays portés par leurs immenses marchés nationaux, la France n’a ainsi d’autre possibilité que de s’allier. Le discours politique laisse entendre que l’Europe doit constituer un poids démographique maximal pour tenir la comparaison face aux Etats-Unis et à la Chine. Or, d’autres modèles d’intégration permettent d’atteindre un poids démographique non négligeable. Imaginons une intégration économique franco-allemande : si les 65 millions de Français s’associent aux 81 millions d’Allemands, le couple franco-allemand atteint 146 784 083 habitants et occupe le 9ème rang du classement démographique mondial.

Élargissons cette intégration aux 6 pays de l’Europe de 1957 (France, Allemagne, Italie, Pays-Bas, Belgique et Luxembourg). L’ensemble représente aujourd’hui 235 582 673 habitants (l’ex-RDA non signataire des traités de Rome en 1957 est prise en compte). Le trio de tête (Chine, Inde, Etats-Unis) se rapproche et sur le plan économique, ces sept pays représentent un espace bien mieux intégré  que les 27 membres de l’Union européenne et même les 12 pays de la zone Euro : en matière d’efficacité et de compétitivité, une telle Europe aurait pu être considérée suffisante. Au-delà, il semble inexact d’affirmer que l’Union européenne gagnera automatiquement en points de PIB à mesure qu’elle élargira son assise démographique.

Dans ces conditions, pourquoi l’Union européenne s’est-elle élargie ? La question se pose d’autant plus que l’addition des 27 Etats-membres ne permet de toute manière pas d’atteindre le milliard d’habitants et rivaliser avec les populations chinoise et indienne. Une seule raison peut être avancée : l’Europe ne répond pas d’abord à une nécessité géographique ni démographique mais à un choix politique. Tous les territoires nationaux se sont d’ailleurs construits de cette manière : la France ne répondait pas non plus à une quelconque nécessité géographique ou démographique mais bien à un choix politique. Au nom de ce dernier, il a par exemple été énoncé que les Pyrénées représentaient une frontière mais pas les monts de Provence… Il en va de même pour l’Europe. Plusieurs Europe sont possibles. Le déterminisme géographique n’existe pas.

 

Partagez votre avis / votre expérience !