Des signes ne trompent pas, l’inconscient parle, le mien en tout cas. Chaque année je serai incapable de dire quand ce jour un peu spécial arrive, mais la semaine dernière déjà, je le savais, je le sentais, la St Patrick arrivait à grand pas.

Alors que nous avions mes collègues et moi un grand débat hautement culturel sur l’utilité d’avoir un prétexter pour se pinter le groin (1), la St Patrick dépassa ma pensée et sortit de ma bouche le plus naturellement du monde sans que j’en ai eu conscience. Alors qu’il me serait impossible de dater précisément ce jour, à part aujourd’hui.

Que vous faut-il pour pouvoir affronter ce jour dans les meilleures conditions ?

J’ai pu lors du déroulement de cette journée noter quelques promptes techniques de camouflage, une fille avec des ballerines vertes, une autre avec une tunique verte, des boucles d’oreilles à plumes vertes, jusqu’à la petite pincette à cheveux, verte. Les signes ne trompaient pas, la St Patrick était belle et bien là, d’ailleurs ça a fait penser à une amie de souhaiter la fête à son père, Patrice, mais ceci ne rentre pas dans le cadre des hostifestivilités.

Quelques suggestions vinrent à mes oreilles, pour cette question de porter du camouflage vert, un costard vert, les leprechauns ont la classe maintenant ? N’en portez tout de même pas si vous mesurez plus de 2 mètres (2) on vous accusera de publicité sauvage pour Géant Vert. Mais le débat n’est pas là. Que faut-il porter en ce jour de St Patrick ? Je pense néanmoins que malgré toutes les possibilités qu’offrent les modes passées et présente, le must est le simple t-shirt vert avec écrit dessus : « Blow me, I’m Irish ». Pour ma part, un discret stylo perdu, oublié puis retrouvé constituait ma Pat’ touch. Un stylo transparent de corps vert émeraude et d’encre noire avec écrit dessus I ♥ Ireland, ni plus ni moins. Je vous le dis, j’avais oublié que j’avais ce stylo que l’on m’a donné, je n’ai même jamais mis un seul orteil en Irlande. Encore une fois, sans y penser, inconsciemment, la St Patrick me poursuivait (3).

Une question est alors soulevée, pourquoi ai-je, et avons-nous globalement un rapport si fort avec la St Patrick ? C’est la fête nationale en Irlande, une fête chrétienne qui plus est. Alors d’où vient cet attachement si fort ? Je ne pense pas en tant que français que le 14 juillet soit célébré partout dans le monde avec autant de ferveur et d’engouement que l’est la St Patrick, ou même le 4 Juillet Étasuniens.

Je pense que c’est simple, on veut simplement se pinter le groin (1), enfin, profiter de la gastronomie liquide Irlandaise. Pour marquer le coup, avec deux collèges on a bu une girafe, ou comment rendre hommage à une fête religieuse d’une religion que je ne pratique pas d’un pays où je n’ai jamais été en buvant des bières. Ah c’est sympa le 17 mars.

(1)Consommer de l’alcool en quantité, ndlr.
(2)Soit 4 voir 5 leprechauns adultes.
(3)Jusque dans les mots fléchés du 20 minutes